AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'angoisse des 9 mois

Aller en bas 
AuteurMessage
lnette01 (Hélène)
Juillette d'or
Juillette d'or
avatar

Messages : 639
Date d'inscription : 01/03/2011
Age : 36
Localisation : 01

MessageSujet: L'angoisse des 9 mois   Lun 2 Jan - 19:48

On a encore un peu de temps avant d'y être, mais j'ai trouvé l'article très intéressant (c'est un peu long, mais vraiment instructif). Je vous le copie-colle (et pour info, il vient du site [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Je suis tombée dessus car je me demandais à quel âge les bébés commencent à pleurer quand les parents disparaissent, quand ils acquièrent la notion de disparition/mais toujours là. D'ailleurs, peut être que minettechou (vu que vanillon ne passe plus) tu pourras nous dire comment ça c'est passé avec Ezzio pour cette période.


La période des 9 mois


Le bébé ne reste pas bébé toute sa vie. Il grandit et son évolution n'est pas constante au fil du temps. Il y a des périodes où l'enfant assimile ses nouveaux acquis, et des périodes où il les découvre. Ces découvertes provoquent obligatoirement en lui des perturbations qui mettent à rude épreuve son corps et son esprit. Il nous appartient alors d'assurer ce passage à une tranche d'âge supérieure de façon plus aisée pour le petit. Et la première grande évolution perturbant le petit dans sa vie, c'est la période des 9 mois.

D'ailleurs, regardez bien sur le livret de la CAF, la période des 9 mois est une des visites obligatoire pour permettre d'obtenir l'allocation de la PAJE. Si la CAF a fixé cette date, c'est qu'elle permet de vérifier que l'enfant évolue bien.

Par quoi se caractérise la période des 9 mois ?

La période des 9 mois est souvent une période pleine d'angoisses pour le petit, et alors qu'il était jusqu'à présent calme, gentil, souriant, il se met à pleurer très souvent, quand on change de pièce, quand on le met face à un inconnu, quand on le dépose chez l'assistante maternelle, ou pour aller dormir. Parfois, on commence même à connaître certaines difficultés pour le faire manger.

Peut-on éviter à l'enfant de connaître cette période ?

Surtout pas. Il faut que l'enfant passe par cette période d'angoisse nécessaire à sa structuration. Elle est nécessaire à son développement et à sa construction intellectuelle et physique. L'apparition de ces angoisses est présente chez tous les enfants normalement constitués. Et l'arrivée de cette période constitue un repère essentiel permettant de vérifier que l'enfant se développe bien.

Il faudrait, au contraire, s'inquiéter de ne pas voir cette période pointer le bout de son nez. Alors, ce serait peut-être un signe que l'enfant ne va pas bien et qu'il ne se développe pas comme il faudrait.

Pourquoi l'enfant devient angoissé ?

Jusqu'à présent, l'enfant était un nouveau-né. Il évoluait dans un monde où tout ce qui l'entourait faisait partie intégrante de lui. Il y a bien sûr les choses matérielles, qui sont bien à lui, comme son lit, ses jouets, son transat, sa chaise haute ... mais il y a aussi les bruits et les odeurs autour. Il sait qu'il est chez lui, que papa et surtout maman ne sont pas loin, il les entend se préparer dans la salle de bain, ou faire à manger dans la cuisine, ou préparer la poussette pour sortir, ou ronfler la nuit ... Tout cet environnement familier fait partie de lui, cela forme un tout agglutiné.

Mais à partir de 9 mois, son cerveau évolue. Sa vue qui jusque maintenant était encore floue devient beaucoup plus nette, et il prend alors conscience que ce tout agglutiné, n'est pas si agglutiné que ça. Et que tout ce qu'il entendait jusqu'alors, tout ce qu'il sentait, n'est pas collé à lui. Et parfois même, toutes ces choses qui faisaient son monde jusqu'à présent sont mêmes plutôt très éloignées les uns des autres. Il se rend compte qu'il y a plusieurs pièces dans sa maison, et que papa et maman peuvent disparaître pour aller dans une autre pièce. Le bébé prend conscience alors de l'espace qui l'entoure, et ça lui fait peur, c'est trop grand, et il peut perdre ses affaires, comme ses parents.

Et là, il va se mettre à pleurer plus souvent. Il va pleurer quand maman ira chercher le biberon dans la cuisine, il va pleurer quand elle ira aux toilettes et fermera la porte, il va pleurer quand papa ira travailler ... Mais il pleurera aussi quand on le mettra dans son lit pour la sieste. Il va se sentir perdu dans un monde soudainement devenu trop grand.

Alors vous voyez, déjà par le fait qu'il angoisse, l'adulte peut se rassurer en se disant que la vue de son enfant s'améliore et que son cerveau met en place tout ce qu'il faut pour qu'il devienne un plus grand. Un enfant qui n'angoisserait pas pourrait dénoncer un problème de vue ou un problème mental quand le cerveau ne se développe pas bien.

Quelles conséquences sur son développement ?

Déjà,il va apprendre à communiquer un peu plus. Alors ça se traduit par des pleurs au début, ce n'est pas très agréable, mais progressivement, il va apprendre à vous appeler au lieu d'hurler et à attendre que vous lui répondiez. Donc les syllabes vont commencer à former des mots et c'est vers cette période là qu'on entend "Mama" ou "Papa" apparaître. Ce n'est pas pour rien. En angoissant, le petit structure finalement mieux son langage.

Ensuite, il va se donner les moyens de rejoindre les siens, et il mettra tout en oeuvre pour perfectionner son déplacement. C'est d'ailleurs pendant cette période que l'enfant améliore son 4-pattes, ou qu'il commence à se mettre debout pour marcher en crabe le long des meubles. Maman et Papa ne reviennent pas tout de suite quand je pleure, alors je vais les chercher moi-même.

De plus, le fait de mieux voir montrera à l'enfant que les grands se tiennent sur 2 jambes. Et il mettra tout en œuvre pour les imiter. C'est le moment des imitations. Il singera ce que vous ferez : essayer de manger avec la cuillère, frapper dans ses mains pour se féliciter, passer le chiffon ... Il n'y a pas encore réellement de principe éducatif à mettre en place à ce moment là : l'enfant se contente de reproduire ce qu'il voit. Il apprend par lui-même.Il est encore trop tôt pour lui expliquer le pourquoi du comment. En cas de bêtise, il faut juste se contenter de lui détourner l'attention pour qu'il n'y retourne pas.

Il va faire la différence entre son monde et le monde des autres. Ainsi, il ne sourira plus comme avant face aux étrangers. Il se mettra même à pleurer. Et c'est bon signe, ça montre qu'il se méfie des autres. Et il met progressivement en place des systèmes de défense. Alors ils ne seront pas très évolués : il suffira certainement d'un sourire ou de lui donner un jouet pour qu'il flanche. Mais le principe de précaution est mis en place.

En instaurant ces défenses, il va commencer à développer le désir d'appartenance : ce jouet est à moi, et je ne prête pas.

Par ailleurs, ses incisives sont entrain de sortir à cet âge-là. Et à l'heure où on aimera passer à des petits morceaux, on assiste souvent à des enfants qui n'en veulent pas. Ce n'est pas forcément le fait qu'il y ait des morceaux qui les rebutent, mais le fait que l'enfant ne veut pas manger des choses nouvelles. Il rejette la nouveauté. L'idéal serait alors de passer à la texture granuleuse avant que cette période n'arrive, mais parfois elle arrive si tôt que l'enfant n'est pas encore prêt pour cette nouvelle texture. On commence à connaître quelqes difficultés à l'heure des repas pendant cette période.

Quoi faire pour rassurer l'enfant ?

Communiquer : en entendant pleurer votre enfant lorsque vous quittez une pièce, il suffira de lui parler de loin. Lui expliquer que tout va bien, qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter, que maman va se faire couler un bain, ou qu'elle va chercher un jouet dans la chambre ... Il va falloir commencer à lui expliquer ce que vous faites.

Jouer : le jeu du "Coucou ! Qui est là ?" est un jeu fantastique pour cette période. Quand vous quittez une pièce et que l'enfant se met à pleurer et qu'il arrive à ramper jusqu'à l'embrasure de la porte, cachez-vous et faites-lui "coucou en surgissant à l'autre bout du couloir !" Sur le coup, il sera surpris et se remettra à pleurer. Puis recommencez, et là il va commencer à comprendre que vous réapparaissez toujours. Et le sourire va progressivement réapparaître sur son visage.

A force de faire ce jeu, avec vous, des objets cachés sous une couverture ou dans une boîte, il apprivoisera l'absence.

Donner lui des contenants : des boîtes qui s'encastrent du plus petit au plus grand. Il s'amusera d'abord à sortir les boîtes, puis comprendra que ça se remet aussi. Et qu'il pourra même mettre d'autres jouets dans ces boîtes. ça n'a l'air de rien, mais en répétant inlassablement ces gestes, il prend conscience de l'espace et de toute la multitude de variations qu'on peut mettre en place. Et il transposera aisément ces boîtes à Papa (le grand), Maman (la moyenne) et Bébé (le petit) dans le contenant que représente la maison. Il comprendra que même caché, un objet est quand même là, il ne disparait pas, et les parents, c'est pareil. Ils s'absentent de temps en temps mais finissent toujours par revenir.

Pour la sieste : lui donner un Doudou. Bien évidement, c'est le bon moment pour le doudou. Les parents croient trop souvent que le nouveau-né a besoin d'un doudou. Non, pas du tout. Sauf s'il va dans un autre mode de garde. Mais ce n'est pas essentiel. Vers 9 mois, par contre, l'enfant mettra davantage l'accent dessus. Il deviendra l'objet qui vient de chez lui, qui lui ressemble, qui sent bon, et qui deviendra le confident des angoisses du petit. Il pourra exprimer ses peines, mais aussi ses colères dessus un peu plus tard.

D'ailleurs, pour les parents qui donnent une tétine à l'enfant, ce sera une période charnière durant laquelle il ne faudra pas lui enlever. Il a besoin de se faire les dents dessus, et puis beaucoup aiment s'enfermer dans ce réflexe de succion leur rapellant le temps où ils étaient encore petits. La tétine et le doudou sont des objets de transitions très important pour que l'enfant franchisse ce cap.

Pour les repas : montrez l'exemple. Une cuillère pour papa, une cuillère pour bébé. D'ailleurs, n'est ce pas à cette période que les bébés commencent à s'intéresser à ce qui se trouve dans l'assiette des adultes ? Ils deviennent curieux, et c'est le bon moment pour laisser tomber les petits pots et passer à la nourriture faite maison. C'est également une bonne période pour adopter soi-même de bonnes habitudes alimentaires, car ce n'est forcément pas avec des pizzas et des frites qu'on éduquera les papilles de bébé, mais bien avec des légumes, des fruits et des laitages en priorité. Puisqu'il a envie de vous copier, profitez-en, et il sera enchanté de manger comme vous. Et tant pis si pendant son repas, vous repassez en mode purée. C'est pour son bien. Votre repas avec morceaux, vous le prendrez après lui.

Et chez l'assistante maternelle alors ?

Ben oui, chez l'assistante maternelle, on n'est plus à la maison, et même si le petit la connait, c'est quand même une étrangère dans une autre maison, avec d'autres habitudes ... Et il va falloir que Bébé s'adapte aussi.

Si Bébé avait déjà l'habitude de venir chez Nounou, il s'adaptera plus facilement. Mais cette période d'angoisse sera quand même présente. Et même si ça se passe bien avec l'assistante maternelle, on ne pourra pas échapper à la séance de larmes le matin quand vous vous en irez. Ce passage est essentiel et il est signe que Bébé sait faire la différence entre ses parents (qui représentent son sang) et Nounou (qui est bien sympa, mais qui ne fait pas partie pour autant de la famille). Et ça, Bébé ne se trompe jamais. Mais ce n'est pas parce qu'il pleure qu'il est malheureux chez l'assistante maternelle. Seulement, il ne veut pas que vous partiez. L'idéal pour lui serait que vous restiez avec lui chez Nounou, mais bien évidemment, ce n'est pas possible.

Faites confiance à l'assistante maternelle, elle saura rassurer l'enfant en lui assurant que Papa ou Maman l'aiment très fort et qu'ils n'oublieront pas de revenir le soir.

Quand l'enfant aura compris cela, il ne pleurera plus.

Et si c'est un nouvel accueil, alors il faudra mettre l'accent sur la période d'adaptation. Ne pas hésiter à faire 2 semaines très progressives d'adaptation plutôt qu'une. Et accepter que cette période soit un peu plus longue et douloureuse que si l'enfant avait l'habitude de venir.

Ne faites pas la bêtise de vous inquiéter et de vous dire que s'il pleure, c'est qu'il n'est pas bien chez l'assistante maternelle car vous donneriez de bonnes raisons à Bébé d'angoisser. Inquiétez-vous seulement si cela dure dans le temps ou s'intensifie après quelques semaines passées.

Combien de temps dure cette période ?

On vous dira forcément que ça dépend de l'enfant, de son environnement, de sa façon d'évoluer. Certains sont précoces, d'autres prennent leur temps. Certains seront plus angoissés que d'autres qui feront passer cette période sans trop de pression.

En général, la période d'angoisse peut commencer vers 6 mois déjà, mais aussi n'apparaître que vers 13 mois. Au delà de ces limites, il faudra s'inquiéter.

Une fois que le processus est enclenché, ben ça dépendra de la personnalité de l'enfant. On pourra avoir affaire à des enfants anxieux, ou d'autres plus cool. Il y a aussi l'environnement dans lequel évolue l'enfant qui pourra s'avérer plus ou moins rassurant pour lui. Et ça dépendra des personnes qui s'occupent de lui.

Mais en règle générale, il faut compter jusqu'à 3 mois maximum. Parfois, ça passe très vite, si l'enfant se sent à l'aise et en sécurité. En l'espace de 2 semaines, les choses s'arrangent facilement. Mais au-delà, c'est qu'il y a un souci, soit du côté de la famille (parents qui se disputent trop souvent), soit du côté de la Nounou (qui ne supporte pas les pleurs du petit et qui les accentue de par son comportement), soit de l'enfant (qui est tellement anxieux qu'il a besoin d'énormément d'attention).

On observera toujours une progression dans les pleurs. ça commence toujours par quelques larmes au départ des parents qui se calment dès qu'on referme la porte sur eux (dans le meilleur des cas, ça s'arrête là). Puis les larmes pourront s'accentuer pendant un temps, passer au stade des hurlements et des cambrures, et attendre 15-20 minutes que l'enfant se calme après le départ des parents. Enfin, l'intensité diminuera et l'enfant redeviendra plus serein.

L'assistante maternelle s'inquiètera si ces pleurs ne se calment pas au delà de la demie-heure. Et si l'enfant se renferme sur lui-même pendant la journée, signe qu'il attend le retour des parents. Et elle vous le dira.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][b]
Revenir en haut Aller en bas
minettechou (aurelie)
Juillette d'or
Juillette d'or
avatar

Messages : 368
Date d'inscription : 22/02/2011

MessageSujet: Re: L'angoisse des 9 mois   Lun 2 Jan - 20:03

assez bien passé pour ezzio même si ça a coincidé avec le début de la crèche; il a peu manifesté
on faisait bcp de "coucou- caché" je disparaissais derrière mes mains, il avait le visage fermé les 1eres fois puis a très vite compris que je "revenais" et riait aux éclats, mahé commence a se détendre avec ça, il ne souriait pas du tout quand je me cachais là ça va mieux
merci à toi de nous faire partager cet article
Revenir en haut Aller en bas
didine13 (Amandine)
Juillette d'argent
Juillette d'argent
avatar

Messages : 220
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 37
Localisation : MARSEILLE

MessageSujet: Re: L'angoisse des 9 mois   Lun 2 Jan - 20:54

Cet article est super et m a permis de decode certains details merci de nous le faire partager Wink
Revenir en haut Aller en bas
sarah
Admin des Juillettes
Admin des Juillettes
avatar

Messages : 347
Date d'inscription : 21/02/2011
Age : 33
Localisation : Baby Land

MessageSujet: Re: L'angoisse des 9 mois   Mar 3 Jan - 11:39

merci lnette pour le partage Smile , très intéressant à lire !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://juillettes2011.rigala.net
mllecarton
Juillette d'or
Juillette d'or
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 34
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: L'angoisse des 9 mois   Mar 3 Jan - 15:13

Article très interressant, merci Inette.
Je suis un peu étonée parce que Maelle nous fait depuis plusieurs semaines des crises de larmes lorsque qu'elle nous voit pas (sauf si elle est afferée a autre chose, genre manger ses orteils).
Elle fait pareil a la nounou, qui la transporte ds son transat pr lui preparer le bibi a la cuisine, sinon elle pleure.
Affaire a suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'angoisse des 9 mois   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'angoisse des 9 mois
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peur du noir? Angoisse?
» Angoisse de séparation "tardive" ?
» Angoissée
» Angoisse de la séparation? Crise des 8 mois? Maman désemparée.....
» Rdv du 9ème mois, le dernier !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les juillettes 2011 :: Nos loulous :: Développement /Eveil-
Sauter vers: